La pilule du lendemain retarde l’ovulation de combien de jours ?

La pilule du lendemain est un contraceptif d'urgence conçu pour empêcher ou retarder l'ovulation après un rapport non protégé. Comprendre son fonctionnement et ses délais d'efficacité permet une utilisation optimale afin d'éviter une grossesse non désirée.

Comment la pilule du lendemain influence l'ovulation

La pilule du lendemain, qu'elle contienne du lévonorgestrel ou de l'acétate d'ulipristal, est conçue pour empêcher ou retarder l'ovulation en administrant une forte dose de progestatif. Cette contraception d'urgence modifie le cycle menstruel et perturbe vraisemblablement l'ovulation lorsqu'elle est prise avant ou pendant cette phase. Contrairement aux idées reçues sur la pilule du lendemain, elle ne met pas un terme à une grossesse.

Délai maximal d'efficacité

Pour le lévonorgestrel, le délai maximal d'efficacité est estimé à 72 heures (3 jours) après le rapport sexuel non protégé. En ce qui concerne l'acétate d'ulipristal, ce délai est prolongé jusqu'à 5 jours après le rapport à risque. Toutefois, il est vivement recommandé de prendre la pilule du lendemain le plus rapidement possible afin d'optimiser son action.

Conséquences sur le cycle

Les perturbations induites par la prise d'une contraception d'urgence entraînent obligatoirement un dérèglement du cycle menstruel.
"En prenant une contraception d'urgence, vous allez obligatoirement dérégler votre cycle, puisque c'est le but." insiste une gynécologue obstétricienne.
Ce dérèglement, qui découle du mécanisme d'action de la pilule du lendemain pour retarder ou empêcher l'ovulation, va se traduire par des changements notables au niveau de la survenue et de l'intensité des prochaines règles.

Délais et pourcentage d'efficacité de la pilule du lendemain

De nombreuses interrogations persistent autour des délais et de l'efficacité de la pilule du lendemain en cas de rapport non protégé ou défaillant. Il est essentiel de comprendre ces aspects pour optimiser les chances d'éviter une grossesse non désirée.

Échéances temporelles cruciales

La pilule du lendemain à base de lévonorgestrel (Norlevo, Lévonorgestrel Biogaran et génériques) doit être prise dans les 72 heures suivant le rapport à risque pour une efficacité optimale. Celle à base d'acétate d'ulipristal (EllaOne et générique) peut être administrée jusqu'à 5 jours après le rapport sexuel non protégé.

Pourcentage d'efficacité décroissant

Il est à noter que le pourcentage d'efficacité est de 85 % si la contraception d'urgence est prise entre 24 et 48 heures après le rapport.

Cas particulier de l'ovulation

Il est crucial de noter que si l'ovulation a déjà eu lieu avant la prise de la pilule du lendemain, celle-ci n'empêchera pas une éventuelle grossesse. L'objectif de cette contraception d'urgence est de retarder ou perturber l'ovulation pour éviter la fécondation.

Nouvelle prise en charge intégrale

Depuis le , la contraception d'urgence est désormais prise en charge à 100% par l'Assurance Maladie en France, sans condition d'âge, d'ordonnance ni d'avance de frais. Cette mesure vise à faciliter l'accès à ce moyen contraceptif d'urgence en cas de besoin.

Impact de la pilule du lendemain sur les règles

La pilule du lendemain sert à repousser l'ovulation de plusieurs jours afin d'éviter une grossesse lorsqu'aucune méthode contraceptive n'a été utilisée lors d'un rapport sexuel ou en cas de défaillance de la contraception. Cependant, ce contraceptif d'urgence peut avoir des effets secondaires sur le cycle menstruel de la femme.

Saignements irréguliers et décalage des règles

Selon le Dr Brigitte Letombe, gynécologue-obstétricienne, "L'administration de la pilule du lendemain, notamment en période périovulatoire, modifie le cycle et est supposée perturber l'ovulation". Concrètement, la prise de cette contraception d'urgence, qui contient une forte dose de progestatif semblable à la progestérone naturellement sécrétée, engendre vraisemblablement un retard des règles. Il est fréquent que les règles suivant la prise de la pilule du lendemain surviennent plus tard que prévu et soient différentes en termes d'intensité et de durée. De plus, les effets indésirables du traitement d'urgence peuvent inclure des saignements irréguliers, communément appelés "spottings". Bien que ces petits saignements ne soient pas les vraies règles, le Dr Letombe conseille de réaliser un test de grossesse si les règles ne surviennent pas aux dates prévues, en particulier en présence de symptômes comme des douleurs mammaires.

Mécanisme d'action de la pilule du lendemain

Ces irrégularités du cycle menstruel font partie intégrante du mécanisme d'action de la pilule du lendemain, qui vise à empêcher l'ovulation ou la rendre défaillante. Comme l'explique la gynécologue, "si vous n'avez pas une bonne ovulation, vous ne pouvez pas avoir des règles normales". Ainsi, les saignements anormaux ou le décalage des règles sont simplement le signe que la pilule du lendemain a perturbé l'ovulation, assurant son objectif de contraception d'urgence.

L'essentiel à retenir sur le retard d'ovulation causé par la pilule du lendemain

Bien qu'elle reste une solution d'urgence, la pilule du lendemain a considérablement évolué ces dernières années pour être plus accessible et efficace. Sa prise en charge à 100% par l'Assurance Maladie française témoigne de la volonté d'en faciliter l'accès. Les recherches se poursuivent pour développer des alternatives encore plus performantes, qui permettraient d'allonger la fenêtre de prise tout en réduisant les effets secondaires. Une meilleure information sur son utilisation reste cruciale pour optimiser son efficacité.
Jusqu’à quand peut-on pratiquer une IVG ?
Décryptage de l’addiction à la pornographie

Plan du site